La Fleur de la mode

La Fleur de la mode

Les différentes variétés de camélia, à la fois ornementales et à partir desquelles le thé est produit, sont originaires d’Asie, où cette fleur a un ancien symbolisme dans les cultures chinoise, japonaise et coréenne … mais lorsqu’elle atteint l’Europe par la main de Les missionnaires jésuites et les marchands portugais, anglais et néerlandais sont devenus la fleur de la mode. Sa beauté éblouit dès le début, peut-être parce que son image a précédé la fleur elle-même, décorant la céramique chinoise et représentée dans les objets et boîtes laqués les plus délicats apportés d’Orient. Ceci, couplé au fait qu’il fleurit en hiver, quand aucune autre fleur n’est disponible, a fait fureur le camélia en son temps.

En effet, le 1er janvier 1888, 120000 boutonnières de camélias de Nantes, essentiellement de la variété Nobilissima blanche, étaient vendues aux Halles, principal marché d’approvisionnement parisien à l’époque. un complément indispensable aux looks les plus élégants des soires parisiennes de l’époque.

Au fil des années, le camélia est non seulement resté à la mode, mais cette belle fleur est devenue et s’est consolidée comme la fleur de la mode, un voyage qui vaut le détour pour ses profondes répercussions qui ont laissé une grande marque. Dans la culture européenne récente, inspirant des écrivains, des musiciens, des artistes, des influenceurs de la mode et des militants des mouvements humanistes, il a également permis de montrer une pléthore de sopranos et d’actrices de cinéma et de théâtre, qui dans chaque nouvelle version du drame du personnage de La Dame des Camélias nous a donné de grandes performances.

Affiche de la Dame des Camélias

Camelia entre effectivement dans la culture européenne à travers la littérature avec cette œuvre en partie autobiographique d’Alexandre Dumas (fils) qui raconte l’histoire tragique d’une jeune et belle courtisane, Margueritte du plessis dite La Dame de la Camélias Cette pièce a été créée avec un grand succès en 1880 par Sarah Bernhardt, une grande actrice de théâtre et considérée comme la première célébrité moderne, au sommet de sa carrière. Cette célèbre actrice n’était pas seule, le scénographe et publiciste Alphonse Mucha a également collaboré à cette œuvre, un auteur peut-être inconnu du grand public, mais dont les créations sont familières à presque tout le monde et ont eu une énorme influence pour de nombreux artistes et designers pour être reconnu comme l’un des plus grands représentants de l’Art nouveau.

Des affiches des œuvres de Mucha pour Sarah révolutionneraient le monde de la conception d’affiches. La forme longue et étroite, les couleurs pastel subtiles et l’immobilité de la silhouette presque grandeur nature ont introduit une note de dignité et de sobriété, qui ont été assez surprenantes pour leur nouveauté et sont immédiatement devenues des objets de désir pour les collectionneurs, qui ont soudoyé ceux qui les ont placés ou sont simplement sortis la nuit pour les couper avec des lames et les retirer des panneaux.

Le succès de cette œuvre et son protagoniste font le saut en Italie et inspirent La Traviata de Verdi (la perdue), qui malgré son échec dans sa première, est aujourd’hui son opéra le plus représenté.

La pièce a été présentée au cinéma à de nombreuses reprises au cours du XXe siècle. Les différentes versions nous ont apporté un collier de perles de ce collier de mythiques « dames des camélias » qui va de Maria Callas à Greta Garbo, en passant par Isabelle Huppert ou notre mythique Nuria Espert.

Différentes affiches de livres, cinémas et théâtres de la Dame des Camélias

Le camélia était également un complément habituel aux vêtements pour hommes et ornait les boutonnières des vestes pour hommes, en particulier les dandies, l’archétype de l’homme élégant, qui le portait à la boutonnière à la fin du XVIIIe et au début du XIXe siècle.

Le dandy se définit en étant un gentleman de la bourgeoisie, très raffiné en robe, avec une grande connaissance de la mode, une forte personnalité et détenteur de nouvelles valeurs telles que la sobriété, concernant ce qui était le vêtement masculin pompeux de l’époque précède. Ses codes vestimentaires sont des couleurs sombres, l’utilisation d’une cravate, de gants et de la fleur sur le revers, bref, l’invention du costume, remplaçant le maquillage, les redingotes et la dentelle, et ils finiront par devenir la référence en l’origine du concept masculin actuel.

Le camélia sur le revers aura également une signification ou une autre, selon le moment et la couleur, puisque divers groupes l’adopteront au fil du temps pour se signifier ou se reconnaître.

Parmi les activistes du suffrage de la Nouvelle-Zélande, premier pays au monde à avoir obtenu le vote féminin en 1893, qui, comme Coco Chanel le fera plus tard, ont choisi le camélia blanc comme symbole, en le portant aux partisans de la lutte pour le droit de vote; les adversaires le portaient en rouge dans leur boutonnière.

C’était aussi le symbole des abolitionnistes brésiliens. À la fin du XIXe siècle, un fabricant de valises portugais du nom de José de Seixas Magalhaes les cultivait dans son jardin Quilombo à Leblon et les distribuait à ses coreligionnaires, les camélias arrivant dans les mêmes vases du palais impérial de Petrópolis lors de la conversion de leur cause en Regent Princess Elizabeth, A Redemptor, qui a parfois été montré en public portant un camélia épinglé à sa robe. Quand elle a finalement signé la loi d’or qui a libéré tous les esclaves au Brésil, elle l’a fait avec un stylo en or que Seixas Magalhaes lui avait donné.

Camélia conçue par Chanel

Au début du XXe siècle, Coco Chanel, fasciné par la structure géométrique du camélia, le récupère dans la garde-robe masculine, l’adopte et en fait son symbole et son image. La créatrice de la petite robe noire l’a utilisée pour la première fois pour décorer une robe en mousseline en 1923 et on dit qu’elle l’a préférée en blanc pour se démarquer du noir.

Le pouvoir iconique du camélia n’est pas passé inaperçu par un génie comme Karl Lagerfeld, le légendaire directeur créatif de la maison de 1983 jusqu’à sa mort cette année, qui a relancé une marque en quelques heures après une décennie de la mort de son créateur et l’a transformée définitivement intemporel.

Robe de mariée en camélias
Différents objets à camélias dessinés par Chanel

Grâce à sa créativité sans limites et ses mille réinterprétations de camélia, nous l’avons vue dans différentes matières et couleurs, constituées de diamants, en soie ou en cuir, avec lesquelles elle a créé des bijoux, des chaussures, des sacs et même une belle robe de mariée qui Il a été exposé au Metropolitan Museum de New York. Aujourd’hui, personne ne doute que s’il y a une fleur liée à la mode, c’est le camélia, mais il convient de rappeler que ce n’est plus le cas, car il en est ainsi depuis son arrivée en Europe à la fin du XVIIe siècle pour illuminer nos hivers.

Start typing and press Enter to search